« L’État du Burkina-Faso assure 70% du budget du FESPACO »

Publié le par Mamounata Nikiema

Voici un entretien à lire qui donne un avant goût des thématiques qui seront abordés lors du colloque au Fespaco. Soyez au Rendez-vous du festival panafricain du cinéma!!!!

Extrait d'un entretien avec Ardiouma Soma, DG du FESPACO (Images Francophones)

"Il faut une nouvelle prise de conscience de la part des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, une prise de conscience pour un changement de mentalité. Nous sommes des créateurs, nous avons des choses à raconter. Il faudra de plus en plus que nous intégrions la dimension économique de nos pays et savoir que nous sommes des acteurs du développement économique. Donc, de ce point de vue, il faudra que nous changions notre façon de travailler et que les occasions de rencontres que nous avons comme les Journées Cinématograhiques de Carthage (JCC) ou le Fespaco, soient saisies pour exposer les vrais problèmes, pour poser un vrai débat. Voir quels sont les canaux à utiliser pour faire passer le message à toutes les parties prenantes ; parce qu’il y a le rôle des politiques consistant à créer un environnement favorable à l’industrie du cinéma, de l’audiovisuel ; et un environnement favorable, c’est de pouvoir mettre en place les textes législatifs, réglementaires qui permettent d’avoir un environnement juridique adéquat en place. Et pour cela, on a besoin de l’appui des gouvernants et des politiques pour collecter l’argent nécessaire à injecter dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle." 

Commenter cet article